« Résonances » d’Hannah Kalaora

L’orchidée a des pistils jaunes. A-t-elle un coeur ?
Si oui, il doit être jaune.
Un rond de tissu jaune cousu à la toile et hop, le tour est joué ; mes orchidées sont pleines de la confiance d’un grand soleil.
Et du jaune sort un autre jaune qui plus tard fera naître un entonnoir.
Le niveau lui aussi est jaune, même si en fait mes orchidées sont plutôt blanches ou roses. Ainsi les pistils jaunes ont accouché d’un niveau,
qui a donné sa droiture aux orchidées,
qui ont tiré de la pénombre une mallette «flamand-rose»,
à côté duquel a été placé une peinture d’une grenade coupée en deux.

L’histoire est sans fin et le tigre a faim.
Nul besoin de comprendre si le regard s’amuse.

Dans le cadre de Out of Aca 2020 (Jury ESAVL)

Vernissage le vendredi 28 août 2020 à partir de 18h
Une exposition visible jusqu’au 5 septembre 2020

Horaire des permanences
Sa. 29/08 de 18:00 à 21:00
me. 02/09 de 18:00 à 21:00
je. 03/09 de 18:00 à 21:00
ve. 04/09 de 18:00 à 21:00
sa. 05/09 de 18:00 à 21:00
ou sur rendez-vous : 0491/206079 ou par email hannahkalaora@gmail.com

Une exposition sous le parrainage de la Space

« L’eau du ciel #2 » de Cécile Barraud de Lagerie

Dans le cadre du Festival Voix De Femmes 2019

Coloriste, illustratrice et designer multi-facettes, Cécile Barraud de Lagerie est spécialisée dans les couleurs, les imprimés et le tissage pour les industries du textile et de la mode.

À l’occasion de sa Curieuse Résidence à Voix De Femmes en 2018, elle a traversé l’océan Atlantique à bord d’un cargo porte-conteneurs qui reliait Anvers à Miami. L’exposition “L’eau du ciel #2” est une sélection de ses recherches en couleurs inspirées de ce voyage à l’atmosphère visuelle et sensorielle singulière.

L’occasion aussi de re/découvrir la publication née de ce voyage : un leporello de paysages abstraits, développé dans le prolongement des recherches faites sur le cargo et imprimé en risographie.

Vernissage le jeudi 10 octobre à 18:00
Une exposition visible jusqu’au 26 octobre 2019

Horaire des permanences
11 oct. : 18-21h
12 oct. : 18-21h
16 oct. : 14–16h30
18 oct. : 20-23h
19 oct. : 18-21h
20 oct. : 15-19h
26 oct. : 14-17h30

Une exposition sous la direction du Festival Voix de femmes

Art m’a tué(r) de Fabienne Guerens

…voir pour croire, partager pour exister,
Pointer sans concession et s’attendre à quelques grelucheries qui feront parfois
Sourire l’averti.

Formée à l’académie de liège, Fabienne Guerens vit et travaille à Boitsfort depuis 20 ans. Elle a exposé en Belgique, Italie et Allemagne. « S’agirait-il d’y trouver un discours, une idée, un château intérieur ? Une aventure s’impose qui est la matière et le support choisi, Commence alors un travail qui donne sens, L’idée reste mais comme remisée à la matière, J’aime ces instants du faire, trouver, bricoler, et grandir. Parfois le dos ne supporte plus. Et me voici ». (Dhyana.be)

Bienvenus dans le château intérieur de Fabienne Guerens

Vernissage le jeudi 19 septembre à partir de 19h
Un expo visible jusqu’au 5 octobre 2019.

Une exposition sous la direction de Françoise Safin

Dans ma forêt – de Myriam Merch – Sexy Expéditions Yéyé

Installée à Madagascar depuis 1992, l’artiste plasticienne belge Myriam Merch a développé un concept original « Sexy Expéditions Yéyé » basé sur le réel et l’imaginaire. Passionnée de légendes, elle glisse toujours des lémuriens dans ses œuvres réalisées à partir d’assemblages de clous, de matériaux de récupération comme le plastique, le métal, les bois flottés.

Médaille de bronze du prix Europe de peinture en 1984, elle réalise des peintures figuratives très colorées dans la mouvance de la Figuration libre.

Myriam Merch met en scène un univers de paradoxes où se mêlent les rites et coutumes, les anecdotes, les histoires de son pays d’adoption, marqués par des couleurs foisonnantes.

Vernissage le jeudi 16 mai à partir de 19h.
Un exposition visible du 17 mai au 1er juin 2019.

Le cabinet des curiosités dédié au poil

La galerie Rature et D’une Certaine Gaieté ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition imaginée par la Compagnie Ah Mon amour. Une ode au poil avec, en touffes : archives incroyables, vitrines, objets de collections, anecdotes délirantes, pétitions, section tabous érotiques et la possibilité de faire un don de poil !
Performance théâtrale le jour du vernissage avec une visite guidée unique et déjantée dispensée par Anagène Bigotelle, la charmante assistante du professeur Catogan Bromidrose.

Vernissage le jeudi 11 avril à 18h30.

Ce petit musée ambulant se construit comme un véritable culte au poil. La forme globale du décor s’inspire de la tour de Babel dont le sommet en spirale tend à percer un champ céleste et évoque la forme de son objet fétiche et objet de fétiche : le Poil. Autour du décor, une visite déambulatoire et circulaire attend le spectateur curieux et avide de sensations. On y trouve, en touffes : archives incroyables, vitrines, objets de collections, anecdotes délirantes, pétitions, section tabous érotiques et la possibilité de faire un don de poil pour… le plaisir. Une façon d’en savoir plus sur ce sujet qui regorge d’informations historiques, scientifiques, politiques, économiques, coquines ou cocasses.

Approchez ! Tout un imaginaire magique et surprenant s’ouvre à vous ! Des rideaux se soulèvent, des sous-vêtements rouges et poilus aux allures de fanions flottent au-dessus de vos têtes, des potions bouillonnent, des images vous questionnent…Autant d’effets et de manipulations qui transforment visuellement l’espace de jeu et rendent organique et captivant ce bouillon « horripillaire ».

LE JOUR DU VERNISSAGE :

Un pupitre du professeur se déploiera pour offrir aux spectateurs la large gamme de produits favorisant la repousse du poil. Anagène Bigotelle, la charmante assistante du professeur Catogan Bromidrose, vous accompagnera lors de votre visite pour un moment unique et déjanté.

Une exposition réalisée en collaboration avec D’une Certaine Gaieté ASBL et la compagnie Ah Mon amour!

L’exposition est visible du 12 avril au 11 mai 2019.

Bye Bye Lockabox

« Bye Bye Lockabox – Déstockage des archives D’une Certaine Gaieté asbl et du Cirque Divers »

La Galerie Rature et l’asbl D’une Certaine Gaieté ont le plaisir de vous inviter à leur vide storage qui fleure bon le nettoyage de printemps.

Au menu : photos, dessins, affiches, bougies, objets divers, insolites ou non, des tonnes de revues C4 et plein de brols concernant l’Asbl D’une Certaine Gaieté et le Cirque Divers.

Vernissage le jeudi 21 mars à partir de 19 heures.
Exposition visible du 22 mars au 6 avril 2019.

#neurchidecirquedivers

Exposition Phobie / Panique / Plastique

Exposition collective : Jean Raine / Roland Topor / Pakito Bolino / Tart.

Parmi les œuvres exposés:

– L’enfer de la Phobie – est un livre composé d’un texte et de douze linos originaux de Jean Raine, gravés en 1976 (répertoriés sous les numéros 658 à 667 dans le catalogue raisonné de son oeuvre), publié pour la première fois en 1990 par les éditions Michel Chomarat à Lyon, les gravures étaient initialement destinés à un projet de livre avec Marcel Broodthaers. La disparition de ce ce dernier survenue à Cologne le 28 janvier 1976 ne permit pas de faire aboutir ce projet. Jean Raine meurt à Rochetaillée-sur-Saône le 30 juin 1986. Il s’agit donc d’une oeuvre doublement posthume. Après l’impression de l’ouvrage, les douze linos ont été rayés. Les linos rayés ont fait l’objet d’un tirage à l’encre verte prouvant la destruction partielle des matrices, c’est ce tirage que nous vous présentons ici.

– Nouvelles en trois lignes IV – Roland Topor – 1975 – Lithographie originale en noir, mise en couleurs au pochoir, signée au crayon par l’artiste, extraite de l’album « Nouvelles en trois lignes ». Edition Sauret, Monaco. Tirage : 95 épreuves signées + XX épreuves H.C. Papier : Arches. Dimensions de l’illustration : 39 x 53 cm. Dimensions du papier (ou de la pièce) : 48 x 66 cm

– 4 planches originales du livre Spermanga de Pakito Bolino, publiés par l’Association en janvier 2009 – Format 30 x 42 cm.

– Les Faiblesses d’Interventions Spéciales de Tart
https://www.facebook.com/F.I.Speciales/

Vernissage le 21 janvier 2019 à partir de 19h.
Une expo visible du 22 février au 16 mars 2019..

« Rendre (in)visible » de Roxane Gabet & Teo Becher

À partir de photographies prises à Tuktoyaktuk, village Inuvialuit sur les berges de l’océan arctique, on s’interroge.
Qu’est-ce qui a rendu possible ces images ? A la fois des histoires intimes et des siècles de colonialisme.

Et qu’est-ce que ces images rendent possible ? Quels mondes fabriquent-elles ? Dans quels grands récits sont-elles situées, parfois de façon contradictoire ? En essayant de compliquer et de ralentir un peu nos attentes visuelles par rapport au Nord et aux Inuit, Roxane Gabet et Teo Becher proposent des dispositifs qui jouent sur les limites du visible.

Ce qu’on montre, ce qu’on ne montre pas, et comment on le montre : comme autant de questions qui viennent troubler les narrations dominantes et fabriquer de nouvelles façons d’habiter et de raconter dans un monde multiple.

Vernissage le vendredi 11 janvier à partir de 18h.
Une expo visible du 12 janvier au 9 février 2019.

 

Okram « Mind Hole »

Des monsieurs qui se battent, des mutants pas contents qui se battent contre des cyborgs encore moins contents ! Il y a plein de sang, plein des tripes (et même un peu de caca).
L’univers d’okram est violent, marrant et surtout très bizarre. En s’inspirant du catch, des nanars, et des films de séries B, Okram vous invite à venir découvrir son univers et vous aurez la chance de voir ce que ça fait d’être dans la tête de l’artiste belgo-américain.!
Des stickers, des t-shirts et l’artiste lui-même seront disponibles a cet expo palpitante et inédite. Entrez …. dans le MIND HOLE

Vernissage le 6 décembre à partir de 18h30.
Une expo visible du 7 au 22 décembre 2018

Paul Mahoux « Te souviens-tu … ? »

« Te souviens-tu de ce que tu as fait le jeudi d’il y a trois semaines? » 

« Chaque semaine, pendant un an, remplir la page de droite de mon agenda Moleskine de dessins et de mots. Décider quelles traces des derniers jours traversés vont s’inscrire sur cette page sans jamais être en mesure de prévoir quels éléments vont s’agencer, ni sur cette page chaque début de semaine, ni entre elles au fil des cinquante-deux semaines d’une année. Poser aussi la question aux amis croisés durant cette période: te souviens-tu de ce que tu as fait, le jeudi d’il y a trois semaines ? C’était le but du voyage, le jeu, l’enjeu.»
Paul  Mahoux

Forme d’expérience sensible du temps, sondant à la fois les inquiétudes, rêveries et enthousiasmes qu’inspire l’enchaînement des jours aux lendemains d’une rupture amoureuse, «l’écriture-trace» de Paul Mahoux renoue avec l’art de la miniature et interroge la diversité des relations texte-image. La vie culturelle de la Cité  y côtoie l’actualité internationale et les citations épinglées lors de nombreuses lectures entrent en résonance avec les rendez-vous du quotidien. C’est bien un monde que l’artiste tient dans sa poche: un univers double, où la représentation du réel se métamorphose peut-être en fiction.
Charlyne Audin

Vernissage le jeudi 8 novembre 2018 à 18h30
Exposition visible du 9 au 25 novembre 2018